lundi 16 janvier 2017

Désespérance

Pas futé l’ursidé tout mité,
qu’il s’esclaffe le tropical touriste !
Prend bassine pour arctique,
latérite pour banquise,
charogne pour saumon,
qu’il se rit l’ébaubi globe-trotteur !

Pelage et pelade en touffes et plaques,
œil tuméfié, truffe œdémateuse,
tu grattes inlassablement la vermine,
la seconde interminable
et le souvenir incertain.
Au fond de ton regard traînent
de noirs desseins, de vains espoirs.
Tu me regardes.

Tu me racontes une humanité à gerber
et dans l’été austral, me supplies de t’achever.
Mon ours blanc, je n’arrive pas à t’oublier.
Et te rejoindre bientôt, je vais.



© Ginval  - Tous droits réservés.

samedi 7 janvier 2017

Aïe Aïe Aïe !

Ce cor t’au pied qui te taquine t’encore,
te lance, te pince, te ronge, te grignote.
Non point l’hallux mais l’extérius en sus !
Garde à vous !
Non fourrés mes rangers mon fourrier !

Ah ces talons hauts ! Parfait le galbe du mollet.
Certes, les mecs te matent l’œil en arc,
mais le cal, lui, t’attend sourire en coin.
Tic-tac, tic-tac !
La schlappe et la charentaise en font autant.

Et voilà t-y pas l’hérédité qui s’en mêle !
Oignon, durillon,
œil-de-perdrix…
Amusant de les recenser toute une vie.
Un, deux, trois puis quatre !
Plus ceux que tu ne vois pas.

Ce cor t’au pied qui te taquine t’encore,
te mine, te sape, te vrille, te picore.
A la clinique va te mener.
Pin-pon, cric-crac !
Mais crénom d’un cal ! de repousser le bougre !


© Ginval  - Tous droits réservés.

vendredi 30 décembre 2016

Illusions

Trois de secondes et trois de nombre,
ces feuilles qui dégringolent vers ombre
de tronc, en demi-sommeil hivernal,
chuchotent, susurrent, s’étalent,
pirouettent, s’entrechoquent, se parlent,
se disent, dans la bourrasque fatale,
« enfin libres et quelle cavale ! »

Trop plein et trop délié l’ocre flétri de cette feuille !
Te saute à la figure comme vieux manuscrit
que souvenirs en gerbe éclaboussent.
Te voilà, larme à l’œil, tout déconfit !
Mais réagit et préfère, au passé défiguré des écrits,
du présent la douce frimousse
et les bons moments que l’on troussent.

D’un pouce recueilli, oint la feuille, telle extrême onction.
Puis, vers le feu rédempteur, les pensées en chamade,
Au crématorium des choses inutiles, jette ce bout de rien.
Le voilà qui se recroqueville, grimace rouge comme fard,
puis noircit, se décompose et régurgite du blanc,
du transparent, de la poussière d’éternité.
Te voilà satisfaite !


© Ginval  - Tous droits réservés.

jeudi 29 décembre 2016

Barbe à Papa

Air musette et marshmallows,
boum-boum hip-hop et lassos fluos,
craquent sucette, chique et pomme d’amour,
voilà que tournicotent les mécaniques infernales.


Barbe à Papa - 30 x 90 cm

© Ginval 2016

dimanche 27 novembre 2016

Moustique

Noir stique mou fou
Que peste ici de market super abrutit
Ça zague et zigue, zigue et zague
D’épis en dermes et vaines arabesques


Moustique - 20x50cm

© Ginval 2016





dimanche 13 novembre 2016

Sisyphe


Tu es la vague qui enfle
S’effrite, se délite, ressuscite
Sur le rocher s’affale, s’épuise, s’éternise
Et recommence.


Sisyphe, 30x40cm


© Ginval 2016


jeudi 3 novembre 2016

Cloaque


Ah ! La voltige prétentieuse
Oh ! La parade amoureuse
Les plumes noires rebiquent

Ça piaille en cris métalliques.
© Ginval 2016